Les Mots Nomades

Déjà OCTOBRE

PLUS QUE QUELQUES JOURS AVANT NOTRE SOIREE DU MOIS D'OCTOBRE   

 
 
Notre prochaine soirée arrive à grands pas!!!
 
Nous avons voulu rester dans la thématique de l'exposition de Médianes sur "la différence" actuellement exposée au Melting Potes
Vous avez donc tout loisir de choisir des textes sur " la différence"  "les différences" ... sociales, culturelles, étrangères et bien d'autres encore !! 
 
"Nos différences, loin de nous léser, doivent nous enrichir!" Antoine de st Exupery
 
Nous vous espérons nombreux pour cette soirée
 
N'oubliez pas que notre association anime ses soirées " au chapeau" ...et que ce sont nos seuls revenus avec les adhésions (10 euros)
 
A très vite nous l'espérons
Bien amicalement
 
Isabelle et Verena
 
 "Les Mots Nomades"

Posté par Les Mots Nomades à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Soirée retrouvailles du mardi 19 septembre 2017!!

 

affiche mots nomades sept 2017 3

 

Posté par Les Mots Nomades à 16:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La renaissance des Mots Nomades

Chers amis

Notre association "Les Mots Nomades" a décidé de renaître de ses cendres !!!

Effectivement après une longue absence nous sommes enfin prêts à vous "ré-enchanter"

En tout cas nous l'espérons...

Et nous vous attendons nombreux pour cette soirée de reprise

Celle ci aura lieu le MARDI 19 SEPTEMBRE 2017 à 18h30 dans le local du café associatif qui a ouvert à Tarbes et qui partage les mêmes valeurs que nous.

                             LE MELTING POTES

                             7 AVENUE DE LA MARNE 65000 TARBES

Le thème de cette soirée est " Racontez nous le dernier livre qui vous a fait vibrer"

 

Posté par Les Mots Nomades à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journée mondiale du refus de la misère : les Mots Nomades participent!

220px-Joseph_Wresinski

 

Dans le cadre de la Journée Internationale du Refus de la misère qui aura lieu le 17 octobre prochain,
Les Mots Nomades vous invitent à une lecture de textes partagés:

le jeudi 16 octobre à partir de 19 heures 30

au  café FIL quartier de Laubadère à Tarbes (Snack Laubad)

Femmes Initiatives Laubadère - 5 rue Corse - Tarbes /
Après les lectures, on pourra partager ensemble un repas sur place pour 8 euros. Contact pour réserver : Véréna

Le lendemain, vendredi 17 octobre, on se réunira place de la mairie à Tarbes pour la lecture d'un texte fondateur du Père Joseph Wresinski, dont nous vous partageons le sourire (photo ci-dessus)

@ très bientôt, faites passer l'info, merci à tous!

Posté par Les Mots Nomades à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Mots Nomades fêtent la PAIX (Annulé)

VISUEL la paix

Les Mots nomades préparent leur prochaine animation :

une fête de la Paix pour tout public

dans le cadre bucolique du Jardin Massey, dans l'après-midi que nous espérons ensoleillé,

à partir de 16 heures, le samedi 20 septembre.

Ce sera une lecture scénarisée. Pour la préparer, nous faisons appel à vous!

Si vous souhaitez vous associer à ce projet, proposer une lecture, chanson, poésie etc..., vous pouvez nous envoyer vos propositions ici en commentaire ou  par mail  à : Isabelle (isabelle.meignan@neuf.fr) et Natacha (cecilenatachacb@gmail.com)

Dernier délai pour recueillir les textes : le 29 août 

Dites nous aussi si vous souhaitez vous joindre à nous pour participer aux lectures. 

Nous souhaitons bien sûr nous rapprocher de toutes personnes participant à des animations pour fêter la paix ce mois de septembre, faire des échanges, chanter etc...

A bientôt, pour cette fête de la PAIX. Plus d'infos à suivre...

 

ATTENTION : DERNIERE MINUTE //// CETTE MANIFESTATION EST ANNULEE

mise à jour le 15 septembre

 

 

 

Posté par Les Mots Nomades à 00:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Actualité de notre association

2014-programme-N°2-recto-

Bloc-notes de rentrée : 

 

  dernière minute : - Samedi 20 septembre : ANNULE

Les Mots nomades fêtent la Paix, à 16 heures au Jardin Massey

 

- Samedi 27 et dimanche 28 septembre :

Stage de Lecture à voix haute, au Moulin à Paroles (Ger) complet

 

- Lundi 29 septembre :

L'heure bleue "la page blanche" 18h au Brazil Café à Tarbes 

 

- Jeudi 16 octobre : 

Journée du refus de la misère,

en collaboration avec l'association ATD Quart Monde

plus d'infos à suivre

 

- Jeudi 23 octobre :

Assemblée Générale des Mots nomades

19 heures 

Bâtiment  Brauhauban, 47 rue Brauhauban-  à Tarbes

 

Merci à tous de votre fidélité et au plaisir de vous retrouver pour partager.

Contact :asso.lesmotsnomades@gmail.com

Posté par Les Mots Nomades à 13:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Nos clowneries et autres paroles de clowns

Fin juin au Caminito San Pedro, les clowns avaient la parole avec les Mots Nomades !
Une soirée haute en couleur, préparée par Jean-Marie et Mado.
Regardez l'album photo "Soirée nez rouge" dans la rubrique album-photo ci-contre.

Jean-Marie le clown


Chanson

- le clown, une humanité dilatée / J-Louis Bosc ( Mado)
- pourquoi le clown fait réfléchir
- alors à chapeau /Philip Josserand -sketch- (Isa et Michèle)
- jongleries / Rolando Villazon (Jean-Marie)
- l'attente du soir / Tatiana Arfel (plusieurs extraits lus au cours de la soirée par Alain)
- l'inventeur du nez couineur /Howard Buten (Claudine)
- clown t'en va pas / Soledad
- matière à rire/ Raymond Devos (Jean-Marie)
- les atomes /Raymond Devos (Michèle)
- le flux et le reflux :Raymond Devos (Rosa)
- j'ai le faux rire / Raymond Devos (Isa)
- clown/ Henri Michaux (après un petit intermède Aragon) (Natacha L)
- le clown est triste / Annie Cordy (Soledad)
- le sourire au pied de l'échelle / Henry Miller (Natacha)
- le clown (Monologue pouyr un comédien) / Christian Chamblain ( Isa)
- petites phrases .... Chaplin et autres...
- les clowns Adèle et Romaine
- chanson : le clown est mort /Gianni Esposito (Martine, Jean-Marie, Alejandro et un autre musicien)
une bien belle soirée pleine de rires et d'émotions !
@ bientôt, pour la prochaine animation des Mots Nomades au Jardin Massey pour fêter la paix!
Ce sera le samedi 20 septembre. Infos à suivre

 

Posté par Les Mots Nomades à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'heure bleue " à la mer"

P1090049.JPG

P1090051.JPG

Un parfum d'été marin flottait en ce dernier lundi du mois de juin; le soleil était au rendez-vous et nous étions intallés en terrasse pour écouter chanter la mer; un canotier, une marinière, la mer était à nos pieds...

Nous avons écouté :

 

Ludovic JANVIER - La Mer à boire. -  (Poésie/ Gallimard)

 

Les Poètes de la Méditerranée : anthologie. - (Poésie/ Gallimard)

 

Hélène VIDAL - L'Indice des saisons. -  (Sac à Mots édition)

 

Stanislas RODANSKY - Je suis parfois cet homme (Gallimard)

 

Jacqueline SAINT-JEAN - Isthmes. - (Cadratins)

 

Jean-Michel MAULPOIX - Une histoire de bleu (Poésie/ Gallimard)

 

NORGE : Les vagues de couleur

 

Gino PAOLI : Sapore di sale - lu en bilingue

 

Elodie PAUL : Pierres et libellules (Interligne auto-édition)

 

Khalil GIBRAN : L'errant " Sur le sable" (Mille et une nuits) - lu à deux voix

 

SAINT JOHN PERSE : Vents (Poésie Gallimard) - lu à deux voix

 

Jacqueline SAINT-JEAN : Chemins de bord (L'atelier imaginaire)

 

Natacha CARLE-BEZSONOFF :

- Le port

- Rivage de l'enfance

- La plage

- Départ 

textes à retrouver sur le blog :www. lesmotsdenatacha.com

 

P1090070.JPG

 

 " Des gestes nagent, sans rivage.

Brasses dans l'air, asphyxies brèves, on s'accroche

au premier radeau pour reprendre souffle.

 

Très loin courent des multicoques aux noms

désenchantés.

 

Où sont nos rhapsodies, nos îles du levant?

 

Un piano voyage vers Schéria, il lève le chant de 

Nausicaa"

 Jacqueline Saint-Jean "Chemins de bord"

Faites avec nous le voyage, vers le rivage de la page blanche le lundi 29 semptembre...

Jetez un cop d'oeil sur l'album-photo (dans la rubrique albums-photos à droite de votre écran)

A venir les comptes-rendus de "L'heure bleue nuit", et de la soirée Nez rouge...

Bonnes vacances à tous! 

Posté par Les Mots Nomades à 23:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Prenons la mer

Pour notre prochaine Heure bleue avant les vacances d'été, nous avons choisi  la mer...

toujours recommencée, chantée, magnifiée par les poètes...

venez lundi 30 juin à 18 heures au Brazil  Café à Tarbes

écouter danser la mer dans les mots des poètes,

porter à notre oreille un mot comme un coquillage pour entendre la mer,

laisser dans le sable nos empreintes écrites...

 

IMG_0236

 

Puis L'Heure bleue s'offrira la parenthèse d'un été et mieux vous retrouver le lundi 29 septembre à 18 heures au Brazil Café pour : 

une page blanche, l'écriture, les mots avec lesquels on joue, les maux qu'on déjoue grâce à l'écriture, les mondes qu'on crée sur une page blanche...

@ très bientôt, avec vous, en poésie... 

 

Posté par Les Mots Nomades à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Hommage au cinéma par les Mots nomades

En mai dernier, pour leur café littéraire mensuel, les Mots Nomades ont rendu hommage au cinéma, au Bar Le Juillanais avec la complicité de Laurent Carle au piano.

La soirée a débuté par une belle évocation de Fellini, avec un medley de musiques de films composées par Nino Rota, Amarcord, La dolce vita, La strada et Huit et demi.

Alejandro a fait une réjouissante interprétation de "La dolce vita".

10. Alejandro

 

 

DU COTE DE LA MISE EN SCENE : 

- Fellini :  Fellini par Fellini ( Flammarion, Champs Contre-champ) Comment est née l'idée de La Strada (Natacha)

- Fellini : "Fellini par Fellini", répond à la question "Qu'est-ce que la lumière"

La lumière est la substance même du film, et c'est pourquoi, dans le cinéma, la lumière est idéologie, sentiment, couleur, atmosphère, récit.

La lumière est ce qui ajoute, qui efface, qui réduit, qui exalte, qui enrichit, nuance, souligne, fait allusion, qui rend crédible et acceptable le fantastique, le songe, ou au contraire, rend fantastique le réel, transforme en mirage la quotidienneté la plus grise, ajoute de la transparence, suggère de la tension, des vibrations.

La lumière dessine l'élégance d'une figure, glorifie un paysage, l'arrache au néant, donne de la magie à un fond de décor.

La lumière est le premier des effets spéciaux, considérés comme trucage, comme tromperie, comme enchantement, boutique d'alchimie, machine du merveilleux.

La lumière est le sel hallucinatoire qui, en brûlant, dégage les visions ; et ce qui vit sur la pellicule vit pour la lumière. (…)

Le film, on l'écrit avec la lumière, le style s'exprime par la lumière.

(Martine)

- Extraits de "Pourquoi filmez-vous? 700 cinéastes du monde entier répondent" - Numéro Hors série Libération, mai 1987

Agnès VARDA répond à la question « Pourquoi filmez-vous ? » (Martine)

Filmer, c'est faire l'artiste pour se sentir vibrante et que les spectateurs se sentent doués.

Je filme pour faire l'artiste.

 

Josiane BALASKO (Martine)

J'ai simplement envie de mettre en scène des personnages parfois oubliés par les auteurs : des femmes, pas des canons, pas des potiches, qui agissent et tentent de ne pas subir, qui n'ont pas leur langue dans leur poche, qui n'ont pas vraiment le temps de s'étendre sur leurs états d'âme, des femmes amoureuses, combatives, rigolotes, touchantes, des femmes quoi.

Pour s'aimer à égalité. Qu'elles trouveront parce que je veux et parce que c'est du cinéma.

 

- Marguerite DURAS (Natacha)

Pour le moment, je ne filme pas mais je pense à filmer.

Mes films, c'est entre quarante mille et cent mille spectateurs. Ça ne rapporte pas un sou. Mais ça fait le tour du monde.

On les trouve à Mexico, à Rio, à Vancouver, en Californie, à Hong Kong. Ce sont des films voyageurs.

Quelquefois, on ne les rend pas comme on fait des livres. Il faudrait qu'il y ait des écrivains du cinéma comme des écrivains des livres.

Pour faire la plupart des films qui paraissent, il suffit d'un scénariste et d'un producteur.

Si on veut continuer, il faudrait recommencer le cinéma, le faire avec des auteurs.

 

Benoit JACQUOT (Alejandro)

Je filme quand je peux, pas quand je veux.

Ainsi quand je peux, c'est pour moi un miracle et je m'incline : je filme.

Je filme pour retrouver à mon tour le film perdu.

Je filme pour seconder le monde dans le combat entre le monde et moi.

Je filme parce que j'ai quelquechose à taire.

 

 Entretien avec Jean-Luc Godard ( Laurent Tirard : Leçons de cinéma) (Claude) 

Le conseil que je donnerais aujourd'hui à quelqu'un qui veut devenir metteur en scène, c'est de filmer, tout simplement.

Dans les années soixante, ce n'était pas facile parce qu'il n'y avait même pas de super 8. Si on voulait filmer, il fallait louer une caméra 16 mm, et muette.

Maintenant il n'y a rien de plus simple que d'acheter ou emprunter une petite caméra vidéo. Il y a l'image, il y a le son, et on peut visionner ça facilement sur n'importe quelle télé.

Alors quand un jeune vient me demander conseil, ma réponse est toujours la même : « Prends une caméra, fais un essai et montre le à quelqu'un – un ami, une personne de ta famille, l'épicier d'en face, qu'importe.

Observe leurs réactions, et s'ils ont l'air de trouver ça intéressant, continue, fais un autre film. Cette fois essaie de raconter ta journée.

Mais trouve une façon de la raconter autrement. Parce que si ta journée se résume à « Je me suis levé, j'ai fait un café, j'ai passé un coup de fil à Josette, ets » et que dans le film, effectivement, on te voit te lever, faire un café et téléphoner à Josette, tu vas vite te rendre compte que ça n'est pas intéressant. Tu vas voir qu'il y a autre chose dans ta journée, qu'il y a une autre façon de raconter. Alors tu vas essayer autre chose et peut être que tu n'y arriveras pas. Dans ce cas, essaie encore une autre façon. Et peut-être que tu t'apercevras que, finalement, ça ne t'intéresse pas de filmer ta journée. Alors filme autre chose. Mais demande toi pourquoi. Si tu veux filmer ta copine, filme ta copine, mais fais le vraiment. Va voir comment les grands peintres peignaient les femmes qu'ils aimaient. Lis comment les grands auteurs parlent des femmes qu'ils aiment, et filme ta copine...

 

Claude Chabrol – Un scénario obéit à des règles précises. (Laurent Tirard : Leçons de cinéma) (Claude) 

L'écriture d'un scénario obéit à des règles assez précises. Toujours dans le cas d'un premier film, il faut éviter, lorsqu'on le présente à un producteur à qui l'on réclame de l'argent …., qu'il ait l'impression d'avoir affaire à un amateur qui ne sait même pas présenter un scénario.

Il faut donc que le scénario soit présenté, dans la mesure du possible, comme un scénario professionnel, c'est à dire divisé en séquences. Personnellement, je déconseillerais plutôt d'y inscrire les indications techniques, parce que les producteurs, en règle générale, sont incapables de visualiser une description technique....

Il faut réaliser une dramaturgie littéraire ou théâtrale, ou un mélange ds deux. Mais cette dramaturgie doit … tenir compte des éléments rythmiques et musicaux que le film doit avoir....

« Là j'ai une scène assez lente, il faut que j'aille plus rapidement. »

Ou, au contraire, « Il faut que j'aille jusqu'au point mort. » ….

Certaines scènes peuvent paraître lentes mais sont,dramatiquement suffisamment fortes pour sembler rythmées... et réciproquement.

 

- Italo Calvini :" L'autobiographie d'un spectateur" (Claudine)

 

DU COTE DES ACTRICES : 

Marilyn Monroe : Fragments (Points, 2012)

marylinmusic

 

Marilyn MONROE : Fragment « Une actrice... » ( à deux voix par Natacha et Michèle)

 

Une actrice n'a pas de bouche

Pas de pieds

les épaules

pendent légèrement

pendantes

si...

relâchée

tout le corps

Concentrer mes pensées

sur le partenaire-

L'émotion au bout de mes doigts

 

Rien ne doit s'interposer

entre moi et mon

rôle- mon émotion -

 

concentration

sentir seulement 

qu'on se débarasse de tout le reste

 

mon esprit parle

Pas de regards

le corps seulement

laisser aller – sentir le visage

l'esprit

l'âme

 

Pas de pose

Ecouter le corps pour

l'émotion

Ecoute avec les yeux

Flottement 

Tension

 

Relâchement, aucun frein

laisser tout aller 

Seulement sentir

Tout ce que j'ai à faire

est de le penser

Comment est-ce

que j'entends la chanson-

le ton naît de l'émotion

Ton 

  • plainte et gémissement-

Je suis 

(animaux : à la niche)

si malade 

ronronnements d'un chat – ronronne- douce petite chatte

Cela commence depuis

la plante des pieds

pieds 

Tout dans mes pieds

Avec quoi joue ma pantomine ?

Comment ça va ma tête ?

 

 

Natacha Carle-Bezsonoff : Actrice (pour Sabine Azéma)

 

À quoi tu joues pendant ce temps

À quoi tu penses en te démaquillant

T'es rousse

T'es douce

Toutes tes frimousses

T'es blonde puis t'es brune

Comme tout un chacune

Une bouche framboise

Des yeux de biche

Une peau caramel

T'es nue t'es crue

T'es dans les draps de la gloire

Tes mille regards

Tes mille sourires

Ta voix voilée

Ton rire grelot

Dans la boîte

Mais tu joues le malheur

Tu joues face au cercueil

Tu poses une fleur de pavé

Un refrain ancien

Une musique démodée

Tes larmes coulent derrière le clap

Te voilà prête pour la scène sans fard

Sans chef op sans réalisateur

Tu tournes pas, tu la vis cette fois

Le film est fini, le plateau désolé

Il va te manquer ton cinéaste ton oiseleur

Ton prestidigitateur charmeur

Tu te démaquilles

Et tu as cent ans ce soir

Ton visage ruisselle de toutes les vies

Que vous vous êtes données

Le cinéma te sourira

Ta bouche chevrotera un peu

Après le premier clap

De ton film prochain

Silence on tourne

On repousse le temps

On aime les visages

On règle les horloges

Aux éternels amours

On tourne !

 www.lesmotsdenatacha.com

- Lettre d'Ingrid Bergman à Roberto Rossellini (Claudine) 

" J'ai vu vos films, "Rome ville ouverte" et "Païsa" et je les ai beaucoup aimés. Si vous avez besoin d'une suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français et qui, en italien, ne sait dire que "ti amo", je suis prête à faire un film avec vous."

- Hommage à Catherine Deneuve, Jacques Demy et Michel Legrand : Chanson des "Parapluies de Cherbourg"

"Non je ne pourrais jamais vivre sans toi" (Laurent Carle, piano; Natacha, chant)

 

DU COTE DES FILMS : 

 

- Claude Chabrol – L'accessoiriste. (Leçons de cinéma, Laurent Tirard) (Claude)

 

Machiniste, accessoiriste, petits métiers, très importants métiers....

L'accessoiriste doit faire preuve d'astuces..

A cet égard, j'ai un exemple fantastique.

Dans mon film, A double tour, j'avais un personnage qui commençait à perdre la tête.

Pour montrer cela, j'avais eu l'idée qu'une mouche vienne se poser sur la glace dans laquelle il se regardait.. et qu'elle se déplace selon itinéraire précis...

Question à l'accessoiriste : Comment faire cela ?

Ce qui lui paraissait difficile était d'amener la mouche à se poser là où je voulais.

Je lui dit que j'allais truquer au montage. Au moment où mon personnage faisait des grimaces, j'allais revenir sur lui, son regard se détournerait un instant, et il découvrirait la mouche.

« Alors, pas de problème. »

« Quel trajet, voulez-vous que la mouche suive sur le miroir ? »

« Le long du visage. »

« Bon, très bien. »

Au tournage, je vois la mouche suivre le trajet prévu !!!

Une vrai mouche !!

Il était derrière le miroir, avec un aimant, et il avait collé un petit aimant dans le cul de la mouche !!!

 

 - A bout de souffle / Jean-Luc Godard : Extrait de dialogue (Alejandro, Natacha) 

Avant d’expirer, allongé sur le bitume, Michel dit à Patricia : 

— C'est vraiment dégueulasse. 

N'ayant pas compris, la jeune femme demande aux policiers :

— Qu'est-ce qu'il a dit ? 

À quoi on lui répond :

— Il a dit : vous êtes vraiment une dégueulasse. 

— Qu'est-ce que c'est dégueulasse ? demande-t-elle enfin.

 

- Françoise Sagan : Bonjour tristesse (Alejandro)

en hommage à Jean Seberg qui jouait le rôle de Cécile dans le film tiré du best-seller de Françoise Sagan

- Fellini : Extrait du Satyricon (Alejandro)

 - Marguerite Duras : India Song (Alain)

- Marguerite Duras : Textes sur les images muettes de Hiroshima mon amour d'Alain Resnais (Alain)

 

Un fil rouge lors de notre soirée : des répliques de dialogues de films de Michel Audiard : 

pour exemple : Michel Audiard / Les tontons flingueurs

 

Non, mais t'a déjà vu ça ? En pleine paix, il chante et puis crac, un bourre pif ! Il est complètement fou ce mec.

Mais moi, les dingues, je les soigne. J'vais lui faire une ordonnance et une sévère

... J'vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quat' coins d'Paris qu'on va l'retrouver éparpillé par petits bouts, façon Puzzle.

Moi, quand on m'en fait trop j'correctionne plus : j'dynamite, j'disperse, j'ventile. 

 

- Sacha Guitry : Elles et lui (Rosa)

 

Et tout finit par des chansons -comme au générique de fin d'un film-Martine nous interprète la version féminine de la célèbre chanson de Claude Nougaro : 

 LE CINEMA 

Sur l'écran noir de mes nuits blanches

moi je me fais du cinéma sans pognon et sans caméra 

Brad Pitt peut partir en vacances

ma vedette c'est toujours toi

 

Pour te dire que je t'aime rien à faire, je flanche

J'ai du cœur mais pas d'estomac 

c'est pourquoi je prends ma revanche 

sur l'écran noir de mes nuits blanches où je me fais du cinéma

 

D'abord un gros plan sur tes hanches 

puis un travelling panorama 

sur ta poitrine grand format voilà comment mon film commence 

souriant tu t'avances vers moi

un mètre quatre-vingt ,des biceps plein les manches ,tu crèves l'écran de mes nuits blanches 

où je me fais du cinéma

me voilà déjà dans tes bras

le lit arrive en avalanche... 

 

sur l'écran noir de mes nuits blanches où je me fais du cinéma 

une fois, deux fois, dix, vingt fois je recommence la séquence où je te tombe dans les bras

je tourne tous les soirs y compris le dimanche

parfois on sonne, j'ouvre c'est toi... 

vas -tu me prendre par les hanches comme sur l'écran de mes nuits blanches ?

Non, tu me dis : comment ça va ? 

Et tu m'emmènes au cinéma....

 

voir aussi les photos de cette soirée sur le blog, rubrique "album-photo" ....

 

 Prochaine soirée :jeudi 12 juin au Caminito San Pedro "Nez rouge" Venez faire les clowns...!

 

 

 

 

 

Posté par Les Mots Nomades à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,